Suisse

Les étrangères doublement victimes de la violence conjugale

Les femmes étrangères battues par leur mari n’osent parfois pas le quitter de peur d’être renvoyées hors de Suisse.
Journée des femmes

Les femmes étrangères victimes de violence conjugale ne sont pas sûres d’obtenir un permis de séjour si elles quittent leur conjoint. Certaines préfèrent taire les coups plutôt que de risquer un renvoi, regrette l’Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers. Plus de trois ans après la modification de la loi sur les étrangers visant à mieux protéger les victimes, l’ODAE romand a présenté mardi un rapport sans concessions sur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion