Genève

Les musulmans «stigmatisés sans nuance»

Depuis l’affaire des bagagistes de Cointrin, l’ensemble des travailleurs musulmans du tarmac feraient l’objet d’une chasse aux sorcières médiatique injustifiée, selon notre enquête.
Le tarmac de Cointrin Gaëlle Genet
Aéroport de Genève

Depuis l’affaire des bagagistes, la confession religieuse de certains employés de l’Aéroport de Genève a fait l’objet d’une attention médiatique particulière. Fin décembre, en pleine menace terroriste, le retrait sine die de trente-trois cartes d’accès au tarmac à des travailleurs en majorité musulmans, pour des motifs de sécurité tenus secrets, a suscité de nombreuses questions. D’autant que quelques semaines plus tôt, on apprenait qu’au moins deux personnes soupçonnées de radicalisation

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion