Livres

La tentation de la disparition donne le ton

 David Le Breton était à Genève pour parler de son dernier livre, qui piste la disparition de soi comme projet de survie et absence en puisant ses exemples dans la littérature, la sociologie ou la politique.
De nombreux adultes disparaissent volontairement au Japon. WIKIMEDIA COMMONS
Livres

Sociologue et anthropologue français, David Le Breton interroge l’absence au monde à travers la maladie d’Alzheimer qui ne saurait être «forcément une détérioration biologique, pouvant provenir d’abord d’une détérioration du sens de la vie». A l’Espace Fusterie, répondant il y a dix jours à l’invitation de l’université et de l’Eglise protestante genevoises, il parlait de son dernier livre, Disparaître de soi. Une tentation contemporaine. La voix douce, réverbérée, est traversée

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion