50% DE SUISSES CHANGENT DE PARTI

Selon la thèse encore inédite d’Ursina Kuhn, une chercheuse basée à l’Université de Lausanne, les électeurs suisses se révèlent bien plus volatils qu’on ne l’imagine. Plongée inédite dans l’intimité électorale des familles helvètes.
«Si les Suisses optent plus souvent pour un autre parti jusqu’à l’âge de 30 ans
Contrechamps

Qui vote pour quel parti? Est-ce qu’on change souvent de formation politique préférée durant sa vie? Et qui influence qui, dans la famille, lors d’une campagne électorale? Autant de questions auxquelles il est habituellement impossible de répondre, puisque le vote est secret. C’est pourtant le sujet qu’a empoigné Ursina Kuhn dans sa thèse de doctorat. Et la chercheuse de la Fondation suisse pour la recherche en sciences sociales1 (FORS), basée

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion