Solidarité

Virage à 180 degrés en Argentine

Mauricio Macri n’est pas arrivé seul au pouvoir. Dans son sillage, le secteur privé a colonisé un exécutif qui se veut tout-puissant, dénonce le député de gauche Eduardo Seminara.
Des dizaines de milliers de personnes réunies mardi pour protester devant le siège du gouvernement: une image qui pourrait devenir banale DR
Interview

Le remplacement de Cristina Fernández de Kirchner à la tête de l’Etat argentin, le 10 décembre 2015, par Mauricio Macri a signifié bien plus qu’un simple changement de gouvernement. Du paradigme de l’Etat social et dirigiste vers celui de l’«efficacité» d’entreprise, le virage est symbolisé par la pluie de cadres du secteur privé multinational qui s’est abattue sur les Ministères argentins. Pour Eduardo Seminara, ancien vice-recteur de l’université nationale de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion