Neuchâtel

Neuchâtel veut mettre fin à la «politique de l’arrosoir»

Le canton a présenté mardi sa nouvelle politique culturelle en matière de subvention. Elle sera orientée vers des projets professionnels et visant «l’excellence».
Zsuzsanna Béri MMK
Culture

«Il ne s’agit pas d’une révolution, mais d’une évolution.» Comme pour conjurer un mauvais sort, Alain Ribaux, conseiller d’Etat neuchâtelois chargé de la Justice, de la sécurité et de la culture, a d’emblée voulu limiter l’impact de la nouvelle politique culturelle cantonale. C’est pourtant un changement de paradigme qu’a proposé mardi l’élu PLR: «Nous souhaitons favoriser une culture tournée vers l’excellence, capable de faire rayonner notre canton.» Concrètement cela signifie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion