Neuchâtel

Quand dénoncer la sous-enchère conduit au tribunal

Après avoir reçu une palme de mauvais employeur en 2012, une entreprise traîne en justice trois syndicalistes et trois de ses ex-employés.
Six prévenus – dont trois syndicalistes – devaient répondre d’atteinte à l’honneur de la société de polissage LGF. MMK
Neuchâtel

Jeudi, la petite salle impersonnelle du Tribunal régional des Montagnes, à La Chaux-de-Fonds, semblait un peu étroite pour les six prévenus du jour. Sur le banc des accusés, éclairés par une lumière blafarde, se tenaient trois syndicalistes et trois ex-employés de la société de polissage chaux-de-fonnière LGF. Ils devaient répondre d’atteinte à l’honneur de la société. En remettant, en juin 2012, une palme (de natation) d’or de mauvais employeur à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion