Musique

Triple mandoline pour une légende

JOHN PAUL JONES • Le bassiste de Led Zeppelin branche samedi sa mandoline ­­ à trois manches sur l’Acousmonium du festival Présences électroniques au BFM, à Genève. Interview.
Le son de l'instrument sera spatialisé à travers le BFM par une batterie d’enceintes. CLAUDE ROUQUETTE/DR/DUSTIN RABIN

«Black Dog», «Kashmir», «Whole Lotta Love»: la basse de John Paul Jones a propulsé le hard rock de Led Zeppelin dans l’histoire. Elastique et funky sur «Trampled Under Foot», elle fut volontiers troquée contre un clavier, voire une mandoline sur le folkissime «Battle of Evermore». John Paul Jones a toujours brillé par son éclectisme: récemment, il s’est invité aux côtés du groupe de free-jazz expérimental norvégien Supersilent. C’est aujourd’hui l’Acousmonium

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion