Suisse

Manon Schick: «Refuser une base légale au CSDH revient à nier les problèmes de droits humains»

Droit • L’ONU exige que les Etats se munissent d’un organisme de protection des droits humains. La Suisse traîne les pieds. Manon Schick fustige la frilosité de Berne.

Le Centre suisse de compétence pour les droits humains (CSDH) a soufflé hier cinq bougies. Un anniversaire qui a pris des allures de punition. Car le Conseil fédéral l’avait annoncé cet été: pas question, encore, de donner une base légale à l’entité qui réunit des experts issus d’institutions et d’ONG actives dans le domaine des droits fondamentaux. Le centre est donc maintenu, pour une nouvelle période de cinq ans, dans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion