Genève

La «Lex Uber» oublie les personnes handicapées

TAXIS • Selon la Constitution genevoise, le projet de loi sur les taxis doit inclure des dispostions pour garantir l’accessibilité des personnes handicapées. Ce que le projet de Pierre Maudet ne fait pas.  

A peine déposée et déjà contestée. La «Lex Uber», la nouvelle loi sur les taxis déposée jeudi dernier devant le Grand Conseil par le conseiller d’Etat Pierre Maudet pose quelques problèmes. Le collectif des chauffeurs de taxi a déjà tiré la sonnette d’alarme, en y voyant une distorsion de concurrence en faveur de l’offre Uber (Le Courrier du 28 août). La Fegaph, la Fédération genevoise des associations de personnes handicapées

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion