Arts plastiques

Zao Wou-Ki, de la Chine à l’abstraction

EXPO • Le peintre sino-français Zao Wou-Ki est à l’honneur au Musée d’art de Pully. L’artiste a cherché tout au long de son parcours à échapper au carcan du figuratif. Il y est notamment parvenu grâce à l’œuvre de Paul Klee.  
Zao Wou-Ki PRO LITTERIS ZURICH / PHOTO SOTHEBY'S 2013

L’exposition «Zao Wou-Ki, la lumière et le souffle», présentée actuellement au Musée d’art de Pully, porte bien son nom: les estampes de l’artiste sino-français ont la puissance subtile du souffle et l’omniprésence de la lumière. Un havre de sérénité et de poésie. Né à Pékin en 1920, Zao Wou-Ki arrive en France en 1948, après avoir étudié à l’Ecole des beaux-arts de Hangzhou. «Dans ses premières œuvres, il utilise des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion