Scène

Sandrine Kuster, la révérence

SCÈNE Ses douze années à la tête de l’Arsenic ont fait rayonner ce pôle contemporain des arts de la scène en Suisse romande et au-delà. Rencontre avec une femme de cran, qui a choisi son départ.  
La directrice du «Nouvel Arsenic» JULIE MASSON

Il y a quelques semaines seulement, l’annonce de son départ estomaquait le milieu artistique lausannois et bien au-delà. Oui, Sandrine Kuster, directrice de l’Arsenic-Centre d’art scénique contemporain depuis douze ans, quittera la maison en juin 2017. De son plein gré, elle partira. Du cran, Sandrine Kuster n’en manque pas à l’heure où d’autres s’accrochent à leur fauteuil de direction. «Je ne tiens pas à m’installer personnellement à l’Arsenic. Dix à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion