Genève

Une école devient check-point le temps d’une action

MIGRATION • «Un monde de murs», l’expo élaborée par des élèves d’Ella Maillart et Aimée Stitelmann, a été lancée hier… de manière originale.
Les élèves passent un pseudo contrôle d’identité. Cette mise en scène entend susciter une réflexion éthique sur l’actualité. Sara Kasme

Bruits d’hélicoptères, distribution de couvertures, banderoles UNHCR, contrôle sanitaire et interrogatoires. Rien n’a été oublié pour cet événement qui, comme l’explique une des enseignantes à l’origine du projet, «veut susciter une réflexion éthique en faisant résonner l’actualité». Pendant plusieurs mois, des enseignants de géographie, de civisme, d’art, de graphisme, ou encore de théâtre ont fait travailler dix classes autour de la question des murs. Le résultat: une exposition d’une centaine

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion