Scène

Epique loustic

THEATRE SALTIMBANQUE, GENEVE

Persifler le genre épique n’est certes pas une nouveauté. ­Rabelais, Jarry ou Cervantès en savent quelque chose. En ­revanche, railler les faits gestes d’un Conan ou d’un Perceval – avec leurs légions de personnages et les mille détours baroques de ce genre d’intrigue –, seul sur scène, avec pour unique décor une cymbale, un manche à balais en guise d’épée (une guitare pour Perceval), quelques piètres costumes, et un corps, tient soit

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion