Scène

L’âge d’or des noceurs

THÉÂTRE • «Fever», d’Attilio Sandro Palese, qui ouvre la saison du Poche, fait rouler les mécaniques des années discos. Mais en mode hiératique.
La bande à Tony: Bobby (Jérôme Denis) R. BOWRING

Pattes d’éléphant moulantes sur semelles compensées, chemises avec col «pelle à tarte» ouvertes sur des poitrines à crucifix, des mains pleines d’anneaux qui tripotent constamment une coiffure au gel ou d’autres apparats de frime… Ce sont les viveurs façon années 70, souvent associés à la communauté italo-américaine, suivant un folklore urbain un brin trompeur, véhiculé par le film culte Saturday Night Fever. Fidèle à l’image de ce modèle, et loin de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion