Scène

Iphigénie, personnage mythologique dans un monde trop humain

GENÈVE • Au Théâtre de l’Orangerie, cinq comédiens donnent vie à une pièce rare de Goethe. Didier Nkebereza remporte le pari d’une mise en scène austère.
Iphigénie (Camille Giacobino) et le roi Thoas (Frédéric Landenberg). MARC VANAPPELGHEM

Inspirée d’Euripide, Iphigénie en Tau­ride est une pièce que Goethe a écrite, et aussi jouée, vers la fin du XVIIIe siè­cle, en développant les tourments intimes des personnages. Fille sacrifiée par son père Agamemnon, sauvée au seuil de la mort par la déesse Diane, Iphigénie vit en exil en Tauride, aux confins orientaux de l’Antiquité grec­que. Elle y a gagné le respect des Tau­res en officiant comme prêtresse du temple dédié

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion