Solidarité

Quinze ans de procès et toujours pas jugé

BOLIVIE • Le cas d’Odón Mendoza met en lumière les difficultés de la justice bolivienne. Malgré des irrégularités répétées, sa femme, une Suissesse, s’accroche.

«Ils savent qu’ils se sont trompés et n’osent pas faire machine arrière.» Près de quinze ans après les faits, Brigitte continue à se battre pour prouver l’innocence de son mari incarcéré dans les prisons boliviennes. Malgré l’absence de preuves ADN – confirmée par trois laboratoires dont le FBI –, Odón Mendoza figure toujours en tête des présumés coupables du crime de la petite Patricia, retrouvée violée et assassinée en 1999 dans une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion