Suisse

L’aide humanitaire défend son os

COOPÉRATION • La DDC renforce sa collaboration avec la diplomatie. Son directeur Martin Dahinden répond aux critiques. Selon lui, l’aide humanitaire n’en sortira pas affaiblie.  

C’est un peu l’histoire de l’a-gneau craignant d’être mangé par le grand méchant loup. Entre gentils coopérants et puissants diplomates, cela fait des années qu’on se regarde en chiens de faïence. La rivalité entre les deux grandes «maisons» du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) est attisée par les réformes en cours au sein de la Direction pour le développement et la coopération (DDC), qui tenait hier sa conférence de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion