BD

Et si on parlait bande dessinée?

Berlin • Alors que sa dernière BD autobiographique paraît en français, l’auteur espagnol Gabi Beltrán a rencontré de jeunes détenus, pendant le Festival international de littérature de la capitale allemande.
Gabi Beltrán a mis à profit son propre passé difficile pour montrer qu’une issue heureuse existe. MALIK BERKATI

«C’est pas souvent qu’une telle chose se passe ici!» Ils ont presque vingt ans, sont polis et disciplinés, même si un ricanement enfantin leur échappe parfois – un symptôme de leur gêne, sans doute: ils ne savent pas trop qui sont ces personnes en face d’eux. Entre les détenus du Bloc 8 et leurs visiteurs, la glace se brise lorsque le responsable de la section pénitentiaire remercie les représentants du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion