Scène

L’art d’oublier

THÉÂTRE • La plume facétieuse de Sébastien Grosset consacre l’histoire de Sandra Amodio. Un bijou traitant d’Alzheimer et de migration.
Au Festival de la Bâtie à Genève CARRE ROUGE CIE/ANNE WYRSCH

«Sandra qui?» s’est demandé Sébastien Grosset, auteur de la pièce éponyme, à l’affiche du Théâtre Saint-Gervais à Genève jusqu’à demain. Si les grands noms d’ici et d’ailleurs attirent les foules au Festival de la Bâtie – coproducteur du spectacle –, celui de la metteure en scène neuchâteloise Sandra Amodio, moins présente sur les plateaux romands ces dernières années, restera toutefois dans les annales. Car l’auteur et dramaturge Sébastien Grosset lui

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion