Livres

L’enfer d’un factotum révolté

PREMIER ROMAN • «CETTE MALEDICTION QUI NE TOMBE FINALEMENT PAS SI MAL» DE FLORIAN EGLIN

La vie de Solal Aronowicz bascule lorsqu’il bouscule une vieille femme à l’entrée d’un supermarché. Précipitée sous les lames d’une tondeuse, la victime lance une malédiction. C’est le point de départ du premier roman de Florian Eglin. Son titre, teinté d’ironie, constitue déjà tout un programme: Cette Malédiction qui ne tombe finalement pas si mal. Au cœur de cet ouvrage, un personnage déjà connu des lecteurs de Florian Eglin, Solal

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion