Livres

Jon Ferguson, éloge du doute

LIVRES L’Américain établi à Morges publie «La Dépression de Foster». Et se souvient du temps où il voulait sauver le monde. Rencontre.
Basketteur DR

Il est 10h15, Jon Ferguson quitte la salle de classe. Il vient en ce mardi 25 juin 2013 de donner sa dernière leçon. Cela fait trente-neuf ans qu’il enseigne l’anglais dans le Collège de l’Elysée à Lausanne et pendant tout ce temps, il a répété avec l’un de ses maîtres à penser, Oscar Wilde, que «l’éducation est une chose admirable, mais il est bon de se souvenir de temps en

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion