Genève

Nouveau cas de sous-enchère salariale sur le chantier du CEVA

GENEVE • Une entreprise de ferraillage, accusée de sous-payer ses employés, est sur le point de faire faillite. La direction du CEVA, elle, n’était pas au courant.  

Une faillite frauduleuse sur le chantier du CEVA? C’est bien le soupçon du syndicat SIT, qui pointe du doigt Manaco SA. Cette entreprise de construction fonctionnerait selon un «système mafieux» et serait révélatrice du manque de contrôles effectués sur les sous-traitants du chantier public. «Cette entreprise chargée du ferraillage sur certains tronçons du CEVA pratique la sous-enchère salariale. Certains employés sont payés moins de 1500 francs par mois, alors que la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion