Scène

Traces d’existence

GENEVE • Au Galpon, «Pollen etc…» donne un libre cours poétique aux «Migrations».

Migrations. Un mot pour dire une multiplicité de destins. Qu’évoque Karelle Ménine dans Pollen etc…. Avec le jaune pour fils conducteur, celui d’une certaine étoile cousue à la place du cœur. Celui aussi qui file comme une traînée de poudre, entre deux pétales. Sur les traces, éphémères ou indélébiles, d’existences d’ici ou d’ailleurs, on déambule dans l’antre noir du Galpon, on se pose, on écoute, on observe. Le théâtre est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion