Suisse

La Suisse soigne sa réputation mais rechigne à légiférer

Matières premières • Le Conseil fédéral cherche à renforcer l’éthique dans le secteur du négoce, sur une base volontaire. Les ONG déchantent.  

Conditions de travail inhumaines dans les mines, blanchiment d’argent, scandales fiscaux: qu’ils s’appellent Glencore, Xstrata ou Gunvor, les géants du négoce de matières premières établis en Suisse sont régulièrement montrés du doigt par des organisations non gouvernementales (ONG). Très attendu, le rapport publié hier par le Conseil fédéral tente de concilier la compétitivité et l’intégrité de la place économique suisse. Il formule 17 recommandations générales, qui se basent sur des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion