Scène

«L’Or du Rhin» scintille au Grand Théâtre

Le premier volet de la tétralogie wagnérienne se révèle prometteur, grâce à une mise en scène intelligente de Dieter Dorn soutenue par une très belle distribution.
GTG/CAROLE PARODI
Opéra

En cette année de bicentenaire, le Grand Théâtre de Genève prend place parmi les diverses maisons d’opéra qui rendent hommage à Wagner en montant le plus imposant de ses ouvrages: L’Anneau du Nibelung, tétralogie qui sera présentée dans son intégralité en mai 2014 et dont L’Or du Rhin constitue le «prologue». Dans le silence qui précède la première note, sur la scène noire et vide, un grand carton choit des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion