Suisse

Battues, elles risquent l’expulsion

VIOLENCES CONJUGALES • Après s’être séparées de leur conjoint violent, les migrantes risquent de perdre leur permis de séjour. Une modification légale devrait cependant améliorer la situation.

Les femmes migrantes ont souvent de grandes difficultés à se séparer d’un mari violent. En effet, elles risquent souvent de perdre leur permis de séjour après un divorce. Toutefois, la modification de la loi fédéral sur les étrangers (LEtr), adoptée en juin dernier mais pas encore entrée en vigueur, devrait apporter quelques améliorations. A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes qui aura lieu

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion