Suisse

Victimes et esclaves du secret

TRAITE D’ÊTRES HUMAINS Les victimes de la traite sont souvent criminalisées et les coupables rarement condamnés. La Suisse n’échappe pas aux critiques. Enquête.  

Des victimes mal protégées, des coupables rarement condamnés: le Conseil de l’Europe s’inquiète des errances de la lutte contre la traite d’êtres humains. Une commission de l’Assemblée parlementaire de Strasbourg planche sur un rapport dont les conclusions provisoires sont mordantes. Les Etats ont tendance à aborder cet «esclavage des temps modernes» sous le seul angle du «contrôle des migrations». Une «approche erronée, qui place les victimes en position de criminels

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion