Valais

«Si je mords, je ne lâche plus»

OLIVIER COTTAGNOUD • Le président du Syndicat autonome des postiers en Valais est un fonceur. Une société de travail temporaire l’a appris à ses dépens. Mais les autres syndicats ne sont pas épargnés.

Sur la terrasse de ce café à Vétroz, Olivier Cottagnoud vous regarde droit dans les yeux: «Si je mords, je ne lâche plus. J’ai la réputation d’aller jusqu’au bout des choses.» Récemment, lui et son Syndicat autonome des postiers (SAP) ont planté leurs canines dans les mollets de la société Das Team. Et ils ne se sont pas contentés du premier arrangement venu. Explications. «Depuis des années, La Poste a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion