Actualité

Dracula pulvérisé

Rien de tel pour un traité inique que d’être exposé à la lumière. Pareil à des vampires, certains pactes internationaux, comme l’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI, 1998), la Zone de libre échange des Amériques (ALCA), et aujourd’hui l’Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA), s’évanouissent lorsque leur contenu est éventé auprès des opinions publiques. Mercredi, le parlement européen a fini par mettre son veto définitif à la ratification par l’Union européenne de l’ACTA.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion