Cinéma

Basil da Cunha, pas bidon

CINÉMA Derrière le franc-parler et les airs canaille du jeune réalisateur lausannois se cache un vrai tempérament de cinéaste, qui a déjà vu deux de ses courts métrages sélectionnés à Cannes.
Basil da Cunha, pas bidon
Le réalisateur lausannois Basil da Cunha. DR
Cinéma

Quel étudiant en cinéma peut se vanter d’avoir montré deux courts métrages à Cannes et réalisé son premier long avant même d’être diplômé? Basil da Cunha. Lui qui vient de décrocher une mention spéciale pour Os vivos tamben choram (Les vivants pleurent aussi) à la Quinzaine des réalisateurs, où il avait présenté Nuvem (Le Poisson-lune) en 2011. Deux films tournés avec des acteurs non professionnels dans le bidonville créole de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion