Cinéma

Cavalier seul

CINÉMA A l’occasion de la sortie de son dernier film, le génial «Pater» avec Vincent Lindon, et d’une récente rencontre à l’Ecole cantonale d’art de Lausanne, retour sur le parcours peu commun d’un cinéaste en liberté nommé Alain Cavalier.
Alain Cavalier dans son film «Pater» PATHÉ FILMS

Dans le grand amphithéâtre de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL) à Renens, sa voix douce s’entend à peine, comme ce murmure sur la bande son de ses derniers journaux filmés. Observateur passionné de la vie et artisan solitaire du septième art, Alain Cavalier demande d’emblée aux étudiants éparpillés de se rapprocher dans un élan intimiste, une quête de proximité qui fait écho à sa démarche artistique. Sollicité par Lionel

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion