Scène

Un corps sous influence

FESTIVAL EXTRA  Dans «Exposition universelle», le danseur Rachid Ouramdane incarne un personnage aux prises avec les idéologies dominantes. Une chorégraphie âpre et intense qui interroge la liberté du citoyen.

Sur le plateau en noir et blanc, épuré, règne un silence hostile qu’un métronome posé à même le sol vient rompre après quelques instants. Le rythme s’accélère, gagne en intensité accompagné par un piano lugubre. Le corps s’éveille, ses mouvements saccadés, sa main levée annoncent la couleur: noire comme les chemises brunes du siècle dernier, noire comme cette croix peinte sur le visage projeté en trois endroits de la scène.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion