Scène

Ambivalente culpabilité

THÉÂTRE – A Genève, «L’Ange des Balkans» traque l’ambivalence de la nature humaine. Dérangeant.

Pourquoi Markus Volkov se fait-il passer pour un grave criminel de guerre alors qu’il n’a été qu’un bon père de famille? Sur le point d’être jugé pour ses actes présumés durant la guerre des Balkans par un tribunal pénal international, l’accusé révèle peu à peu son vrai visage et ébranle la moralité du procureur. L’Ange des Balkans, de Maxime Delune, une pièce surprenante à voir jusqu’au 11 mai à Genève

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion