Actuel

La pasionaria et ses flics de choc

«Vous êtes blonde, vous êtes une femme. Ils ne se méfieront pas. Vous êtes l’homme de la situation.» Ça sonne comme un polar. Quand, en 2001, Jacques Paul Klein, secrétaire général adjoint à l’ONU et responsable de la mission du maintien de la paix en Bosnie-Herzégovine lui demande de le rejoindre pour conduire la lutte contre le trafic de femmes sur tout le territoire bosniaque, Célhia de Lavarène est interloquée.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion