Actuel

Christoph Blocher ou la machine à propagande

Alors que Christoph Blocher argue qu'un conseiller fédéral ne doit pas faire campagne, qu'un exécutif cantonal doit faire montre de réserve ou que les Eglises n'ont pas à prendre position lors de votations, il mène une campagne plus qu'agressive via son Département de justice et police en utilisant des procédés plus que douteux.

Un autogoal. Les analyses autour de la tentative de Christoph Blocher de censurer les dessins de Mix & Remix et l'émission Infrarouge du 12 septembre dernier s'entendent sur un point, du moins en Suisse romande: la réaction du conseiller fédéral a été «disproportionnée». D'aucuns ont dénoncé une focalisation des médias sur les «faux pas» de Christoph Blocher. D'autres ont critiqué l'avènement d'une politique-spectacle, ou l'influence de l'entourage du chef du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion