Genève

«La politique de découragement envers les réfugiés et le principe de réhabilitation sont antinomiques»

MIGRATION – Un nouveau centre de consultation à Genève prend en charge les victimes de torture et de guerre. Leur réhabilitation psychologique est influencée par leurs conditions de vie actuelles.

«Soixante pour cent des requérants d’asile ont un passé traumatique», souligne d’emblée le docteur Laurent Subilia, responsable du Centre de consultation pour les victimes de torture et de guerre. Cette institution a été créée par la Croix-Rouge suisse et les Hôpitaux universitaires de Genève en mai dernier. Depuis octobre, l’équipe constituée de deux médecins et de deux psychologues est complète. «Les images de torture de la prison d’Abu Ghraïb en

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion