Solidarité

«Je t’ai achetée»

Des employées de maison kényanes témoignent de l’exploitation, du mépris et du racisme subis en Arabie saoudite. Les réformes légales entreprises par Riyad sont jugées insuffisantes par les ONG.
«Je t'ai achetée» 2
Feith Shimila gardera toujours la trace des violences subies durant son année et demie passée au service d’une famille saoudienne. SÉBASTIEN CASTELIER
Arabie saoudite

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion