Religions

Comment les protestants ont censuré Noël

Avant la dinde, le sapin et les cadeaux, la fête de Noël rimait avec orgies et excès d’alcool, et ce jusque dans les églises. La Réforme protestante a tenté de mettre le holà en confinant les réjouissances dans les foyers. Décryptage avec l’historien genevois François Walter.
Comment les protestants ont censuré Noël
La période du solstice d’hiver était entourée de rites profanes qui se déroulaient de début décembre à mi-janvier, comme ici la fête des Rois (tableau de Jacob Jordeans datant du XVIIe s.). WIKIPEDIA / DOMAINE PUBLIC
Noël

Imaginez un peu vous retrouver le soir de Noël dans une église où la ferveur des prières n’a d’égal que les rixes qui se jouent dans la nef. Où les fidèles venus se retrouver pour de goulues embrassades, n’écoutent le sermon que d’une oreille. Longtemps, Noël a eu des allures de scandale. C’était compter sans les protestants qui rapatrient les fêtards à la maison. Coauteur de l’ouvrage Noël, une si

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion