Égalité

Le cri du cœur de femmes qataries

A moins d’un an du coup d’envoi de la Coupe du monde 2022, les autorités qataries restent silencieuses sur des lois qui placent les femmes sous tutelle.
Le cri du cœur de femmes qataries
Les lois de l’émirat forcent les femmes qataries à vivre sous la tutelle d’un homme qui dispose du pouvoir de régir de nombreux aspects de leur vie quotidienne. KEYSTONE
Doha

«Le gouvernement qatari prétend que nous sommes heureuses et vivons comme des reines parce que nos maris nous offrent des voyages et des sacs Gucci, Dior ou Hermès; c’est un bonheur superficiel qui endort nos désirs de liberté», confie Alanoud*, une jeune qatarie trentenaire éduquée en Grande-Bretagne. Dans un anglais raffiné caractéristique des universités de ce pays, elle laisse éclater sa colère d’être dans l’expectative quant à son union avec

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion