Livres

Fresnes, l’écrit contre l’oubli

Publié en 1945, Les Murs de Fresnes d’Henri Calet reparaît chez Héros­Limite. Un recueil bouleversant sur la ­détresse et les espoirs des détenu·es sous l’Occupation nazie.
Fresnes, l’écrit contre l’oubli
Graffiti de John D. Harvie, de la Royal Canadian Air Force. Avec les mentions: God save the King, Long live the Allies, Oh! To be in Canada. DR
Réédition

Ils étaient francs-tireurs, résistants, pilotes américains, militaires anglais ou simples cheminots: tous ont en commun d’avoir œuvré pour sauver la France avant d’être incarcérés à la prison de Fresnes par les nazis. Mille cinq cents cellules situées à 11 km de Paris, où s’est rendu l’écrivain et journaliste Henri Calet le 24 avril 1945 afin d’y procéder au relevé des graffitis laissés par les prisonniers, dont beaucoup furent déportés ou fusillés. Une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion