Solidarité

Alfredo Camelo: la thèse de la mort violente se précise

Le journaliste Daniel Mendoza Leal a eu accès à une autre source corroborant que l’activiste genevo-colombien Alfredo Camelo a été touché par une balle à l’estomac.
Alfredo Camelo: la thèse de la mort violente se précise 1
«Déserteur, opposant au régime militaire de Colombie, Alfredo Camelo avait été emprisonné et torturé durant neuf ans dans son pays», rappelle sur son site le parti Solidarités, dont le militant suisso-colombien était membre actif. Il avait co-créé Pluriels, le centre de consultations et d’études ethno-psychologiques pour les migrant·es. THIBAULT SCHEEBERGER/SOLIDARITES
Droits humains

Mercredi soir, Le Courrier révélait qu’une source policière avait affirmé que le psychologue et militant suisso-colombien Afredo Camelo, retrouvé décédé le 5 septembre à Genève, avait été impacté par une balle d’arme à feu. L’information se confirme ce vendredi avec le témoignage de Daniel Mendoza Leal, journaliste, réalisateur, et avocat-criminologue colombien réfugié en France, qui a eu accès à un autre informateur: «J’ai une source fiable et de première main

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion