Musique

Une décolonisation musicale

La longue lutte d’émancipation des Kanak, peuple premier de l’archipel, passe aussi par un style musical unique, le kaneka, qui fait le lien entre leurs traditions et leur soif de contemporanéité.
Une décolonisation musicale
Vamaley sur la scène de la première «Nuit du kaneka» à Voh, 1992. Anclar Productions / Eric Dell’Erba
Nouvelle-Calédonie

Un début de soirée, une fin d’été austral, une terrasse ombragée de Dumbéa, à quelques kilomètres de Nouméa, la capitale. Gilbert Kaloonbat Téin commence d’une voix douce et posée: «Je ne vois pas d’exemples dans d’autres pays, je crois que c’est un peu particulier. Tout est lié à notre démarche nationaliste et à notre quête identitaire permanente.» Ce que confirme, depuis Paris, le journaliste musical François Bensignor: «C’est un processus,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion