Solidarité

Le «guide» du blanchiment

La création de sociétés offshores mise en lumière par les Pandora Papers n’est qu’un aspect de l’arsenal helvétique du blanchiment. Public Eye fait le point avec un guide ludique.
Brouillon auto 339
Les Pandora Papers ont montré que plus d’un tiers des sociétés offshore créées par le cabinet panaméen Alcogal sont liées à des avocat·es, fiduciaires et autres conseiller·es helvétiques. PUBLIC EYE
Suisse

Cinq ans après les Panama Papers, la nouvelle affaire révélée le 3 octobre dernier par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) jette à nouveau une lumière crue sur l’industrie suisse de l’évasion fiscale et du blanchiment d’argent. Les Pandora Papers ont montré que plus d’un tiers des sociétés offshore créées par le cabinet panaméen Alcogal sont liées à des avocat·es, fiduciaires et autres conseiller·es helvétiques. Des acteurs que le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion