Égalité

Prisons: «Il faut changer de paradigme»

L’abolition du système pénal reste peu thématisé par les luttes féministes. Gwenola Ricordeau invite à questionner l’impact réel de ce système sur les femmes.
«Il faut changer de paradigme»
L’histoire des prisons montre que les nouveaux établissements censés rompre avec les défauts des précédents ne sont pas plus satisfaisants pour les personnes qui y sont enfermées. KEYSTONE
Justice 

Alors que des voix féministes s’élèvent en Suisse pour étoffer la définition du viol dans le code pénal, une autre voix, féministe elle aussi, appelle au contraire à une émancipation du système pénal. Dans son dernier ouvrage, Crimes & peines. Penser l’abolitionnisme pénal (2021), Gwenola Ricordeau, professeure assistante en justice criminelle à l’Université d’Etat de Californie, invite à repenser les concepts de crime et de peine, et interroge le statut

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion