Livres

Dans le labyrinthe borgésien

Dans Borges en dédale, l’universitaire Edward Bizub éclaire l’œuvre de l’écrivain argentin en arpentant les méandres d’une biographie étirée entre Genève et Buenos Aires.
Dans le labyrinthe borgésien 1
A la fin de sa vie, Borgès revient à Genève, où il avait passé son adolescence entre 1914 et 1921. Ici au parc des Bastions, devant le mur des Réformateurs. MARIA KODAMA
Entretien

Il aurait pu devenir un écrivain anglo-américain; il a finalement donné ses lettres de noblesse à la littérature argentine avant de revenir mourir à Genève. L’existence de Jorge Luis Borges (1899-1986) est une figure de l’ambiguïté et de l’interrogation permanente, à l’image de ses Fictions (1957) qui ont tant fasciné les modernes, de Blanchot à Deleuze, en passant par Foucault ou Derrida. Si la postérité en a parfois fait l’image

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion