Neuchâtel

Une reconnaissance, gage d’intégration?

Le peuple neuchâtelois dira le 26 septembre s’il souhaite reconnaître de nouvelles communautés religieuses. Les évangéliques, orthodoxes, juif·ves et bouddhistes du canton ont exprimé leur intérêt. Les musulman·es craignent une instrumentalisation politique.
Une reconnaissance, gage d’intégration? 1
La communauté israélite du canton souhaiterait être reconnue d’intérêt public afin d’être traitée sur un pied d’égalité avec les trois églises chrétiennes déjà reconnues. TOM LEIGHMARTIN/CC0
Votation

Les communautés bouddhiste, juive ou évangélique pourront-elles être reconnues d’intérêt public? La population tranchera le 26 septembre. Si le oui l’emporte, d’autres communautés pourraient rejoindre L’Eglise réformée évangélique, l’Eglise catholique romaine et l’Eglise catholique chrétienne dont l’utilité publique est reconnue par le canton depuis 1948. Ce statut leur permet d’être exonérées d’impôts, de percevoir une contribution volontaire par le biais de l’Etat et de participer aux services d’aumônerie dans les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion