Solidarité

Le crime sans fin de la disparition

Les accusations distillées sur YouTube par un mafieux turc en disgrâce et la réouverture d’un procès impliquant un ex-ministre de l’Intérieur braquent la lumière sur le phénomène des disparitions forcées.
Le crime sans fin de la disparition
Les liens de l’ex-ministre de l’Intérieur Mehmet Agar avec la pègre auraient facilité la mise en place de la politique de disparitions forcées visant à semer la terreur dans les rangs kurdes. KEYSTONE
Turquie

«Son rêve, c’était d’entrer en politique et de devenir président. Cet homme a fait une présentation au Conseil national de sécurité pour blanchir son histoire […]. Et ensuite, les meurtres ont commencé. Il a fait ça pour nettoyer son passé.» Depuis qu’il déballe les dessous sordides de la politique turque, le mafieux Sedat Peker n’en rate jamais une pour attaquer ses anciens amis. Par ces mots, il visait le 23

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion