Cinéma

L’autofiction pour dire la vie

La cinéaste québécoise Myriam Verreault signe Kuessipan, sur la vie d’adolescentes autochtones. Entre fictionnel et factuel, autobiographie et romanesque, l’équilibre est aussi vertigineux que rare.
L'autofiction pour dire la vie
Mikuan et Shaniss. La complicité comme force de vie et d’imaginaire. TRIGON-FILM
Autochtones

Deux amies inséparables grandissent dans une communauté Innue au nord-est du Québec. En 2017, un rapport d’enquête y met en cause les réserves autochtones dans lesquelles les êtres «ne peuvent pas se développer ni s’émanciper». Il dénonce un système qualifié de «régime d’apartheid» auquel il «serait temps de mettre fin», ­relevant le manque d’emploi, la consommation de psycho­tropes, la criminalité, la violence conjugale… Toutes ces réalités, souvent réduites à de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion