Livres

Leçons de vie sur les rives de la Volga

Ode à la nature, fresque intime où l’histoire russe s’invite par petites touches, le deuxième roman de Gouzel Iakhina justifie son ambition par l’éclat poétique de sa prose.
Leçons de vie sur les rives de la Volga
La Volga apparaît tantôt «lisse comme une feuille de papier», tantôt rugissante. CHRISTOPHER WINKLER / PIXABAY
Lettres russes

La narration débute au tournant du XXe siècle, dans une ­région agraire, avec d’un côté champs et melonnières ouvrant sur la steppe brûlante, et de l’autre montagnes et forêts mystérieuses. Entre les deux rives coule la Volga, fleuve monumental qui «divisait le monde», annonce l’incipit du deuxième roman de l’écrivaine russe Gouzel Iakhina. Traduite par Maud Mabillard – qui avait révélé en français la voix de la native de Kazan avec Zouleikha

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion